avril 2018

0

« Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement » Carl Gustav Jung

Fréquemment, les managers rencontrés, expriment le souhait récurrent de se couper de leurs émotions afin d’assurer au mieux leur rôle de manager. En tant que managers exposés et exemplaires, beaucoup partagent la croyance qu’il est indispensable, pour exercer leur fonction au mieux, de mettre à distance leurs émotions. Ils sont convaincus qu’elles sont révélatrices de faiblesses.

Et si les émotions étaient en fait un atout ?

Chez Accomplir, nous sommes convaincus qu’un manager de talent a conscience que dans toute relation humaine, les émotions sont essentielles. Elles font partie de la relation, l’animent, et la relation managériale n’y échappe pas.

De quoi parle -t-on lorsque l’on parle d’émotions ? « Une émotion est un phénomène rapide, déclenché par un événement, qui engendre une réaction émotionnelle cohérente à plusieurs composantes » (définition issue de Cerveau et psychologie). En d’autres termes, l’émotion se produit à l’intérieur de soi et vient réagir à un événement extérieur à soi. Chacun peut ainsi ressentir de la joie, de la colère, de la peur, …

En tant que manager, au quotidien, vous jonglez avec de nombreux indicateurs opérationnels : rentabilité, taux de transformation, productivité, … Or le cœur du métier de manager réside dans la gestion de l’humain. Et lorsqu’il s’agit d’humain, les émotions sont des indicateurs qui vous permettent de mieux comprendre vos collaborateurs.

S’intéresser à ce qu’ils ressentent vous ouvre d’autres possibilités. Cela génère une meilleure communication, une meilleure compréhension, une relation plus harmonieuse.

Mais c’est vrai, pour cela, il faut du courage. Laisser s’exprimer les émotions reste difficile pour beaucoup de managers. Cela souligne combien la confiance en soi et aux autres sont essentielles  pour s’engager sur le champ des émotions.

Et pour emmener une équipe plus loin, pour créer une dynamique impactante, il faut certes une vision de leader, mais surtout il faut créer du mouvement. Et nous sommes persuadés que c’est dans les relations humaines, dans les émotions partagées (enthousiasme, joie, …), que réside le succès d’une équipe. Sans émotions, il n’y a pas de mouvement. Agréables ou désagréables, les émotions jouent ce rôle de moteur qui permet à une équipe de se dépasser.  Saisir les émotions de son équipe, c’est se rapprocher de ses sources de motivations.

Un manager froid, insensible, pourra fixer des objectifs rationnels à ses collaborateurs, mais il ne génèrera pas ce bond en avant formidable des équipes soudées qui ont su conjuguer leurs talents pour performer et partager leurs émotions.

Pour Daniel Goleman, « l’intelligence émotionnelle » est une des composantes de l’intelligence que nous avons trop longtemps négligée. Et cette capacité est tout aussi importante dans la vie de tous les jours pour réussir, s’adapter aux situations rencontrées, que le fait de savoir raisonner, déduire. Certaines études affirment qu’elle est responsable de 58% de la performance quel que soit le type d’emploi exercé.

Cela nécessite de dépasser la vision stoïcienne véhiculée dans notre culture pour accepter que manager repose aussi sur la gestion des émotions, et qu’il est essentiel de les écouter, de leur faire une place, et de développer sa palette de nuances émotionnelles.

Et vous, êtes-vous à l’écoute de vos émotions ? Pouvez-vous nommer ce que vous avez ressenti à la lecture de cet article ?

Gwenaëlle JONCOUR _ Consultante RH, Accomplir

« Je ne veux pas être à la merci de mes émotions. Je veux les utiliser et en profiter. » Oscar Wilde

NB : Pour les plus curieux, n’hésitez pas à prolonger cette réflexion, en voyageant au cœur des émotions à travers l’excellent dessin animé « Vice Versa ».