Actu'

« La Carte n’est pas le Territoire ». Cette phrase bien connue d’Alfred Korzyski, l’inventeur de la « sémantique », fait apparaître la notion de compétences. signifie qu’il y a une différence entre la réalité et la représentation que l’on peut s’en faire. La cartographie est ici une métaphore qui illustre la façon dont nous donnons un sens particulier (le nôtre) à une réalité complexe. La carte n’est jamais le territoire qu’elle décrit, mais une projection de ce nous privilégions dans ce territoire.

Il en va ainsi de l’approche compétences que nous utilisons pour parler des métiers d’une entreprise et, plus encore, de son fonctionnement.

L’entreprise qui naît de la révolution industrielle est une affaire d’ingénieurs. Finies les grandes manufactures qui regroupaient des artisans. Place à une organisation rationnelle du travail, qui découpe le métier de l’entreprise en grandes fonctions/missions/directions, puis en services, et enfin, en tâches élémentaires. L’efficacité de l’ensemble étant assurée par des process.

Cette spécialisation des tâches a progressivement fait apparaître la notion de « compétences ». Les évolutions techniques, technologiques et organisationnelles se sont chargées de faire disparaître les ouvriers « spécialisés », c’est-à-dire à l’origine, non qualifiés, au profit des ouvriers (et employés) qualifiés ; elles ont donné au fil des ans un contenu à chaque emploi, au point d’élaborer des fiches de poste, décrivant les compétences à maîtriser pour occuper lesdits postes. Ces fiches de poste ont logiquement défini des « profils », dont l’ensemble du corps social s’est emparé pour organiser les formations professionnelles d’abord, la formation tout court enfin, selon une logique « compétences ».

Tout le monde applaudit tant il parait évident que posséder des compétences permet à chacun de trouver sa place dans une entreprise et aux entreprises de trouver leur place sur le marché.

Et s’il ne s’agissait que d’une carte qui nous permet commodément, et sans trop d’efforts, de « lire » le territoire de l’entreprise, et plus généralement de notre vie sociale ?

Tout vient sans doute de la confusion entre « avoir des compétences » et « être compétent ». Dire de quelqu’un qu’il est compétent revient à dire qu’il est performant. Pourtant, pris en son sens élémentaire, la compétence définit ce que l’on sait faire. Elle ne dit rien de la façon dont on le fait : bien, moyennement ou mal. Savoir faire du vélo ne dit rien de notre niveau en la matière… Nous pouvons tous repérer chaque jour dans notre entourage des architectes, des professeurs, des pâtissiers, des plombiers… qui mobilisent les mêmes compétences avec des résultats très variables… C’est pareil bien sûr dans nos entreprises, où compétence rime avec performance ; à tort nous dit l’observation.

Alors, pourquoi s’accrocher à la compétence ? Parce qu’elle s’apprend, qu’elle peut être validée par un diplôme ou par l’expérience et qu’elle permet d’associer un profil à un poste. C’est rassurant. Et l’on préfère oublier ce collègue de travail, recruté pour son mastère en gestion, et dont on se demande encore comment il a pu l’obtenir ! D’autant que, de fait, une partie de son travail est effectué par d’autres dans le service. Est-ce d’ailleurs si grave alors qu’il démontre un réel talent pour secourir ses collègues en peine avec l’informatique, ou pour écouter leurs difficultés, ou bien encore pour mettre une ambiance amicale en organisant les fêtes, …

Parce que si la compétence est ce que l’on sait faire, le talent est ce que l’on fait mieux que les autres. En cela, il est source de performance. Et de plaisir.

Ce sont toutes ces situations qui font le territoire de l’entreprise et dont la carte des compétences rend si peu compte. Et si, au lieu de tolérer ces écarts entre les compétences et les performances faute de pouvoir les éviter, on changeait de carte ? Car, non seulement la carte des compétences ne dit pas la réalité, mais, plus grave, parce qu’elle est le reflet du paradigme organisationnel dominant, elle nous empêche de voir ce qui fait le réel substrat des performances individuelles et collectives.

L’entreprise est un territoire de talents ; les révéler et les cultiver est une réponse à la quadrature du cercle : la performance collective et le plaisir retrouvé de ceux qui la construisent.

Jacques BOURDONNAIS – Gérant d’Accomplir