Author: yann

0

Après un printemps inédit, agité et source de bouleversements, voilà l’été, enfin l’été, chanteront certains. Pour partir tranquille et léger, en vacances, le temps est au bilan mesuré et objectif … évidemment. Alors comment s’est passé votre management en cette période « covidée » ? Les réussites, les échecs ? Un état des lieux s’impose pour se rassurer, capitaliser sur ses bonnes pratiques et/ou mettre au programme de la rentrée des axes de progrès à travailler. C’est parti !

Pour les affirmations suivantes, cocher la réponse oui ou non :

Un manageur ne passe pas sa vie en réunion                                                          o oui       o non

Un manageur est empathique                                                                                     o oui       o non

Un manageur est souriant                                                                                            o oui       o non

Un manageur partage l’information                                                                           o oui       o non

Un manageur félicite ses équipes                                                                                o oui       o non

Un manageur ne considère pas que ses salariés sont à sa disposition                o oui       o non

Un manageur est courageux et ne fuit pas ses responsabilités                             o oui       o non

Un manageur s’occupe de l’ensemble de son équipe                                               o oui       o non

Un manageur sait que ses collaborateurs ont une vie privée                                 o oui       o non

Un manageur fait grandir son équipe                                                                         o oui       o non

Plus particulièrement, en période de confinement, un manageur :

Prépare l’organisation sanitaire et informe les salariés                                           o oui       o non

Crée une charte de travail                                                                                             o oui       o non

Repense sa stratégie et revoit les objectifs                                                                 o oui       o non

Mise sur la transparence                                                                                                o oui       o non

Reste régulièrement en contact avec ses collaborateurs                                          o oui       o non

Fait confiance à ses collaborateurs                                                                               o oui       o non

Développe l’interdépendance                                                                                         o oui       o non

Entretient un sentiment d’appartenance                                                                     o oui       o non

Utilise des outils de suivi de projet                                                                               o oui       o non

Organise des points utiles et réguliers                                                                          o oui       o non

Fait un bilan de la période avec ses équipes                                                                o oui       o non

Remercie et capitalise sur les bienfaits de cette période                                           o oui       o non

Intègre la notion de changement permanent                                                              o oui       o non

Résultat :

  • Vous avez des oui partout, vous êtes un bon manageur, bravo ! Rien à dire, à part peut-être qu’un bon manageur est un éternel apprenti …
  • Vous avez des non partout, vous pouvez refaire le test pour avoir des oui partout et partir en vacances l’esprit tranquille ou vous pouvez vous inscrire d’urgence à une formation en Management des Talents pour septembre …

Un peu d’humour (partagé ?) pour vous permettre de partir en congé avec le sourire, voilà l’objectif de ce test. Un bel été à tous, car il ne faut pas oublier la dernière règle d’or du management : un bon manageur est un manageur qui sait se ressourcer :  o oui    o non 😉

Fabienne GUÉNÉGO – Consultante RH et Management Accomplir

0

Nous venons de vivre ces dernières semaines, une période EXTRAORDINAIRE ! Afin que cette crise ne reste pas vaine, nous pourrions chacun à notre échelle faire une analyse SWOT simplifiée ! Saviez-vous d’ailleurs que les chinois avaient inventé le SWOT bien avant les américains ?

En effet, en chinois, le mot crise s’écrit à l’aide de 2 idéogrammes wei et ji qui signifient : danger pour wei et opportunité pour ji, soulignant qu’en période incertaine, les mauvaises nouvelles ou les situations désagréables sont autant d’opportunités de considérer l’avenir autrement… Alors, en cette sortie de crise, je vous propose de nous interroger sur les menaces et les opportunités de cette crise.

Je ne sais pas comment vous avez vécu l’annonce du 16 mars dernier ordonnant le confinement général. Quand j’ai commencé à en parler autour de moi, notamment avec mes clients, l’image qui m’est venue est celle du hamster qui court sans fin dans sa roue. Il ne sait pas pourquoi il court, pour combien de temps, mais il court, il court, sans même parfois s’en rendre compte ! Le confinement brutal et total a été un peu comme le bâton qu’on aurait mis dans la roue, la stoppant net et éjectant par la même le pauvre hamster en pleine course. Celui-ci se retrouve à terre, hébété et désorienté ! C’est ce que nous avons été un certain nombre à vivre.

La stupeur passée, nous nous sommes rendu compte que tous nos repères avaient volés en éclats, qu’il nous fallait réapprendre à vivre, à travailler autrement. Et là arrivent les 1ères opportunités qui sont assez nombreuses sur différent plans : matériel, temporel, géographique, méthodologique, technologique, … Pour ma part, et c’est lié à certains de mes talents (Arrangeur, Activateur et Maximisation), j’ai gagné du temps (moins de transport), j’ai dû sortir de ma zone de confort et revoir ma façon d’accompagner, d’animer des formations, j’ai également dû apprivoiser les nouveaux outils technologiques tels que zoom, teams ou encore jitsi, … avec plus ou moins de bonheur !!!

Une autre opportunité, et non des moindres, est que cette crise, en nous expulsant de notre roue infernale, nous a donné l’occasion de nous interroger sur le sens. Sens de la vie en général et le sens de notre travail. Certains auront décidé de modifier leur façon de travailler tel ce cadre que j’accompagne, acharné de boulot, vivant pour son travail, pour son entreprise. En effet, Eric* fait partie de ces gens dont l’activité s’est totalement arrêtée pendant presque 1 mois. Quand nous avons échangé sur ce qu’il avait vécu pendant son confinement, il m’a dit avoir pris conscience que la vie ce n’était pas ça : travailler presque 24h/24, ne pas voir sa compagne, son petit garçon. C’est donc une remise en cause totale de son rapport au travail dont il est question, de son organisation, de son besoin de contrôle, … mais également de la culture de son entreprise, valorisant les forçats du travail, encourageant un dévouement total de ses cadres. Il faudra donc du temps à Eric pour faire bouger les choses mais il a déjà pu constater qu’il n’était pas le seul à avoir vécu cette prise de conscience et à vouloir faire progresser son entreprise sur ces aspects. Et ses talents Maximisation et Inclusion lui seront d’un bon soutien.

D’autres, comme Françoise*, se seront rendu compte que c’était vraiment le moment de changer de travail. Depuis plusieurs mois déjà elle manquait de motivation le lundi matin, les retours de vacances étaient de plus en plus difficiles, mais là, lorsque je l’ai eu au téléphone début juin, peu de temps avant qu’elle ne reprenne son activité, elle ne savait vraiment pas comment elle allait pouvoir retourner à son poste ! Elle a donc décidé de se faire accompagner pour explorer de nouvelles perspectives professionnelles et amorcer ce changement devenu presque vital !

Voilà pour quelques opportunités. Et les dangers alors, quels sont-ils ? Bien sûr, il n’est pas question ici du danger économique bien réel pour certaines entreprises, du danger de perdre son emploi pour certaines personnes. Il n’est pas question non plus dans cet article des risques pour la santé. Je veux parler ici du danger qu’il y aurait à faire comme s’il ne s’était rien passé.

Pour moi, le plus grand danger serait de recommencer exactement comme avant, de ne pas profiter des enseignements, de ces prises de conscience, de ne pas capitaliser sur ces nécessaires adaptations, parfois cette débrouillardise dont nous avons su faire preuve. Le plus grand danger pour moi, ce serait que le hamster remonte dans sa roue, sans vraiment sans rendre compte, petit à petit, qu’il se fasse de nouveau happer … tel Julien*, ce cadre de direction qui m’a appelée il y a quelques jours. Julien travaille pour un groupe industriel rennais qui a continué à fonctionner pendant toute la période. Il a donc du télétravailler, et après quelques ajustements, notamment logistiques et techniques, Julien a découvert les vertus du télétravail, lui qui était plutôt réfractaire à ce mode de travail. Pendant le confinement il a vraiment apprécié le fait de pouvoir prendre de la distance, de pouvoir « choisir » à peu près son rythme, de pouvoir faire des pauses en famille le midi. Il a découvert sous un angle nouveau ses collaborateurs, qui ont fait preuve de créativité et ont développé une toute nouvelle autonomie. Il s’est rendu compte qu’en télétravail on n’était pas moins efficace et performant… à tel point que lorsque l’annonce de la reprise est arrivée, il a décidé de continuer à travail de chez lui 2 jours par semaine. Ensuite, le déconfinement « total » est arrivé et en moins d’un mois, Julien s’est fait rattraper et est à nouveau tous les jours à son bureau …

Cette crise nous a fait vivre beaucoup d’émotions, agréables ou non, elle nous aura obligé à nous adapter, à nous réinventer, à développer de nouvelles compétences, à trouver un autre rythme. Elle aura également possiblement modifié notre rapport à la vie, au regard que nous portons sur les choses, et au sens que nous leur donnons …

Et pour vous, quelles sont les opportunités de cette crise, et quels dangers avez-vous identifiés ? Qu’avez-vous, qu’allez-vous changer ?

 

Nathalie SIBRE  Consultante & Coach, Accomplir

*Les prénoms ont été modifiés

 

0

Il est fascinant de voir combien il faut peu de temps à une nouvelle « bien-pensance » pour s’installer. Il y a encore deux mois (un siècle !), la visioconférence était réservée à quelques entreprises, à des usages ou des contextes particuliers. Télétravail oblige, c’est devenu l’Alpha et l’Oméga de la nouvelle pratique managériale. Et pour cause ; tous ont pu en constater l’efficacité professionnelle, économique et écologique.  Mais, au vu du succès des apéros virtuel, des sites de rencontre, voire de la formation à distance, il est également de bon ton d’en souligner les mérites sociaux, émotionnels, voire affectifs.

Est-on obligé d’aller jusque-là ?

Souvenez-vous : nous sommes à la mi-mars, la décision du confinement général et immédiat prend tout le monde au dépourvu. La nécessité pour les entreprises de s’organiser dans l’urgence pour faire face à cette situation inédite leur fait (re)découvrir ces merveilleux outils (ZOOM, TEAMS et tous les autres) qui vont vite devenir des stars planétaires. Cette découverte ne se fait pas sans apprentissage et nos premières réunions nécessitaient une bonne demi-heure pour que tous les participants réussissent à se connecter par le son et l’image et choisissent le bon cadrage…

Aujourd’hui, nos réunions commencent à l’heure, davantage souvent qu’en présentiel. La technique oblige à une discipline précise et, force est de le constater, les participants demandent la parole au lieu de la prendre, l’écoute s’en trouve grandement améliorée, la bienveillance y gagne et, au final, l’efficacité des réunions se mesure aisément à leur durée et à leur productivité.

Cet acquis ne sera pas sans lendemain. Dans le livre blanc que vient de publier la Communauté de l’Ecole des Talents et auquel ACCOMPLIR a participé (« La crise : une opportunité pour (re) inventer le leadership »), les auteurs analysent ce que la crise a durablement changé dans le management et le distinguent de ce qui n’a pas changé et qui constituent en quelque sorte les invariants du management. Ce qui a changé, c’est l’organisation des temps et des espaces, symbolisé par la place appelée à devenir centrale (mais non unique) du télétravail. Et la distance physique que les uns et les autres seront amenés à prendre avec leur lieu habituel de « rassemblement » continuera à faire de la visioconférence un outil clé.

Oui, mais pas forcément pour tout.

Il a été évoqué plus haut les avantages de la visioconférence et notamment son efficacité pour partager l’information et/ou prendre des décisions. Au point où les pressions sont fortes pour généraliser son emploi à toute forme de réunion et pour toute occasion, y compris la formation à distance.

Commençons tout de suite par lever une objection. Voilà plus de 12 ans qu’ACCOMPLIR accompagne à distance des personnes dans leur projet professionnel. Et nous nous estimons bien placés pour affirmer qu’une véritable relation, avec ce que cela suppose de confiance partagée, peut s’établir entre deux personnes à distance, aussi bien qu’en présentiel.

La difficulté survient avec le nombre et la nécessité de la discipline qui en découle. Cela aide le partage des informations et des avis, et donc la prise de décision. Cela décourage la spontanéité, l’impromptu, et tempère considérablement l’enthousiasme et toute autre forme de manifestation d’une émotion.

Comme le dit si bien Gaspard Koenig, dans Les Echos du 6 mai 2020, « on peut tout faire en virtuel, sauf l’essentiel ». Il précise :

« Ce que ces dernières semaines nous ont aussi et surtout permis de constater, ce sont les limites du virtuel. Les enfants veulent rentrer en classe. Les adultes veulent revoir leurs collègues. Les politiques veulent serrer des mains. Les consommateurs veulent flâner dans les boutiques. Pourquoi ? Quel est cet indéfinissable supplément d’âme qui nous manque tellement ? (…) C’est tout ce qu’on ne peut pas prévoir : un geste décalé, un chahut en classe, un aparté entre chefs d’Etat, un verre mal posé, un accusé qui regarde au plafond… En abstrayant du réel ce qui nous est utile à un moment donné et pour une fin déterminée, le virtuel élimine par construction l’intempestif, l’aléa et le débordement : une visioconférence ne peut être perturbée par des gens qui n’y sont pas invités, les bavardages y sont impossibles et la distribution de la parole interdit toute spontanéité ».

Si la visioconférence a gagné ses lettres de noblesse durant ce confinement, sachons à l’avenir l’utiliser abondamment certes, mais à bon escient.

Parce que le management est et restera une affaire artisanale, n’oublions pas que l’on reconnait un artisan de talent à ses outils… et à sa capacité à bien les choisir en fonction des situations et des circonstances !

Jacques BourdonnaisGérant ACCOMPLIR

0

8% de nos peurs sont réelles.

Mais de 100% de nos peurs découlent nos comportements.

En état de stress, ce n’est plus la raison qui est capitaine à bord ! Difficile de mobiliser ses capacités de réflexion, nous réagissons de manière incontrôlable.  Nous avons assisté à des scènes de panique dans les supermarchés, des réactions de déni, des critiques acerbes et emplies de colère, …

Dans la crise sanitaire et épidémique que nous traversons avec le Covid-19, qui n’a pas été confronté à ce type de réactions ?

Emmanuel MACRON a parlé de « guerre » contre le virus. Des mots forts qui ont généré un déferlement d’émotions.

Si dans un 1er temps, c’est le stress qui prend le dessus, dans un second temps, une prise de recul est nécessaire pour agir et dépasser toute crise qu’elle soit sanitaire ou organisationnelle.

Et si la clef, avant d’être collective, était au cœur de chacun d’entre nous ?

D. Goleman et avant lui J. Meyer & P. Salovey, ont souligné l’importance de l’intelligence émotionnelle : identifier ses émotions, les repérer chez soi et chez l’autre afin d’en faire ses alliés pour se gérer et moduler ses comportements.

C’est l’indicateur le plus significatif en terme de réussite professionnelle aujourd’hui.

Dans une situation de crise où l’inconnu et l’inédit font surface à la place de toutes certitudes, être en capacité de prendre de la distance, de se reconnecter à soi, est essentiel.

Nos émotions sont nécessaires comme les voyants sur le tableau de bord d’une voiture. Elles nous donnent des indications précieuses :  La peur nous permet de nous préparer à l’action, la colère de nous préparer à défendre nos valeurs, notre territoire. Par contre, si elles prennent le dessus, nous ne sommes plus en capacité d’entendre leur message, et donc d’agir en connaissance de cause. Mieux accueillir ses émotions, les identifier, permet de pouvoir se connecter à soi, de les réguler et d’agir efficacement en fonction de la situation.

Face à la crise du coronavirus, les soignants ont besoin de faire de leurs émotions leurs alliées afin de rester vigilants sans paniquer, mais aussi pour apporter soutien & bien être aux personnes soignées.

Les personnes confinées ont besoin de rester vigilants et comprendre l’importance du respect des règles tout en ne cédant pas à la panique. Ils ont besoin de joie, émotion agréable qui permet de se connecter aux autres (par exemple, en Italie, les actions spontanées de musique au balcon),besoin de sérénité pour pouvoir établir des relations apaisées avec leurs proches dans un environnement restreint.

En situation de crise organisationnelle, l’intelligence émotionnelle permet à un chef d’entreprise, à un manager, de se gérer, d’agir et de pouvoir continuer à entretenir des relations constructives et efficaces avec ses collaborateurs. Quelle que soit la situation que traverse son entreprise, il est essentiel qu’il continue à communiquer auprès de chacun, à choisir les bons mots, à transmettre des directives claires, à donner un cap, à assumer son rôle de capitaine. Et cela ne peut se faire que si celui-ci s’appuie sur ses émotions sans en être le jouet.

Comment s’y prendre ? Notre 1er outil : l’introspection, observer et analyser ses émotions, leurs causes, identifier le besoin non satisfait. En nourrissant nos besoins, nous subirons moins nos émotions. D’autres outils sont à la portée de tous : la respiration, la pleine conscience, la méditation, …  On retrouve aujourd’hui de multiples applications, accessibles à tous.

En outre, dans toute crise, le manager, comme au quotidien, a un vrai potentiel de gestion de crise en s’appuyant sur la richesse des talents de ses collaborateurs, de son équipe. En adoptant le management par les talents, le manager aura construit une vraie relation de confiance avec ses collaborateurs. Ils pourront ainsi s’appuyer tous deux sur celle-ci en situation de crise. De plus, aborder la crise avec l’approche du management par les talents permet d’être créatif, d’être innovant dans la gestion de la crise, tout en impliquant chacun. Ainsi, chacun, acteur, en s’appuyant sur ces forces, sur ce qu’il fait bien, avec plaisir, va pouvoir apporter sa pierre à l’édifice pour trouver des solutions inédites.

Comme toute crise, nous pouvons espérer que la crise du Covid-19 nous permettra de nous réinventer, d’apporter du positif, d’ouvrir des opportunités … En attendant, se reconnecter à soi, à ses talents, aux autres, semble être la piste la plus adaptée pour avancer.

 

Gwénaëlle JONCOUR
Consultante RH, formatrice et psychologue du travail