function add_this_script_footer(){ ?> septembre | 2018 | Accomplir

septembre 2018

0

Pendant les vacances j’ai écouté une émission de radio dont le sujet était « A-t-on encore le temps de perdre son temps ? ».

Cela m’a donné envie de m’arrêter un instant pour réfléchir à cette notion et l’appliquer à l’entreprise au sein de laquelle la performance est souvent très étroitement liée au temps : Il faut toujours aller plus vite, produire plus en moins de temps, … ne pas perdre de temps !

Mais quel effet cette course effrénée a-t ’elle sur nous, notre management, sur nos collaborateurs ? Cela a-t ’il un sens ?

Qui n’a jamais dit : « tout s’accélère » ou bien « le temps passe plus vite qu’avant » ou encore « je n’ai plus le temps de rien » !

En fait non, le temps ne passe pas plus vite qu’avant, rassurez-vous ! Cette impression est en partie générée par nos comportements : nous remplissons davantage notre temps. Prenons par exemple, l’arrivée des nouveaux outils technologiques censés nous libérer du temps ! Ils nous ont effectivement libéré du temps que nous nous sommes empressés de … remplir ! D’où cette sensation d’accélération. Et lorsque tout s’accélère, on a le sentiment de perdre le contrôle, on n’est plus dans l’action, mais dans la réaction.

Le risque est alors grand de passer à côté de l’essentiel, et dans l’entreprise l’essentiel c’est quoi ? : les femmes et les hommes qui la composent. Dans la précipitation, on peut prendre de mauvaises décisions, être pressé, distant, pas à l’écoute, … Il apparaît alors nécessaire de s’arrêter, de prendre le temps, pour laisser la réflexion se faire autrement, pour prendre de la hauteur, pour discuter, échanger, par exemple autour d’un café, avec ses collègues, ses collaborateurs. Cela permettra, entre autres choses, de consolider la relation parfois un peu malmenée au cours de l’année.

Nous vous entendons d’ici dire : « je n’ai pas de temps à perdre, même si cela me ferait plaisir ! ». Alors, croyez-nous, ce moment que vous aurez pris avec votre collaborateur(-trice), est un réel investissement pour la suite. En effet, en tant que manager, votre rôle principal est de conduire, d’orchestrer votre équipe. Pour cela il est primordial de savoir dans quelles dispositions sont vos collaborateurs, disposition physique (état de fatigue, stress, …) mais également disposition mentale (positif, motivé ou au contraire stressé, déprimé, en perte total d’envie, …).

En l’absence de ces indications, le risque est grand de leur confier des dossiers, des missions qui ne les intéressent que peu, de trop tirer sur la corde, de mener vos collaborateurs dans le mur, jusqu’à l’épuisement, le désengagement, voir la rupture, vous retrouvant alors à devoir faire vous-même, voir, d’être obligé de recruter un nouveau collaborateur, qu’il faudra former … Quelle perte de temps et d’énergie ! On quitte rarement une entreprise du fait même de l’entreprise, le plus souvent on la quitte à cause de son manager ! Il est donc essentiel de soigner sa relation avec chaque collaborateur, car celle-ci détermine leur fidélité (cf. article de juillet « de la déconnexion à la reconnexion, … » écrit par Gwenaëlle JONCOUR)

Par ailleurs, un des rôles du manager, c’est aussi de décider de la direction dans laquelle aller, de choisir une stratégie, de prendre des décisions, … Comment voulez-vous y arriver si vous êtes la tête dans le guidon, si vous ne vous extrayez pas de l’agitation, si vous ne vous posez pas ?  Des études ont mis en évidence que le cerveau avait besoin de périodes de repos. Le Pr Francis EUSTACHE, par exemple, chercheur à l’INSERM, appelle cela le mode par défaut. Pour ce neuropsychologue spécialiste de la mémoire, ce mode permet entre autres au cerveau, de faire la synthèse entre les informations nouvelles et celles plus anciennes, de trouver une cohérence autobiographique, de construire sa mémoire.

Je citerai le témoignage d’Olivier, manager dans le secteur industriel, stagiaire à l’école des talents : « Avant ma participation à l’école de talents, je courrais partout, j’étais très présent sur le terrain à faire moi-même pour gagner du temps, avoir une meilleure cadence, … mais cela m’empêchait de prendre du recul. Un jour la chaîne de production s’est arrêtée suite à un problème technique. Nous avons mis des heures à trouver la panne qui pourtant était évidente ! Aujourd’hui, après avoir suivi l’école des talents, j’ai changé ma façon de manager, je suis bien moins sur le terrain. Il y a peu, mon chef d’équipe est venu me chercher pour une panne dont il ne trouvait pas l’origine. Après quelques minutes sur place, j’ai trouvé d’où venait le problème qui a pu être réparé très rapidement. Grâce à cette prise de recul, je suis bien plus efficace, et je gagne donc du temps ! »

Alors en ce mois de rentrée, nous vous invitons à ne pas repartir « pied au plancher ». Permettez à votre esprit de rêvasser, vous gagnerez en prise de recul et en créativité. Prenez le temps, pour, d’une part passer du temps avec celles et ceux qui vous entourent et d’autre part pour réfléchir à quelle direction vous souhaitez prendre, quelles actions vous souhaitez mettre en place …

Nathalie SIBRE – Consultante RH et Coach, Accomplir